L’anxiété chez l’enfant

L’enfant anxieux
Ce texte a pour but de vous sensibiliser et de vous outiller en ce qui concerne l’anxiété
chez l’enfant. Il n’a pas été conçu pour diagnostiquer un enfant quelconque, mais plutôt
pour vous informer sur le sujet. Si vous êtes considérablement inquiète pour un enfant,
veuillez en discuter avec le parent et consulter un professionnel.
L’anxiété chez l’enfant, nous en avons entendu beaucoup parler ces dernières années. De
plus en plus, les enfants démontrent des signes et symptômes d’anxiété. On dit que
l’anxiété est « le bobo du siècle ». Seriez-vous surprise d’apprendre que près d’un tiers de
la population est atteinte d’anxiété? Il est donc important de sensibiliser les gens à ce mal
invisible qui fait tellement souffrir les gens, même les jeunes enfants. En effet, très jeune,
l’enfant peut démontrer des signes d’anxiété, des peurs diverses. Cela est normal ou non?
Il est normal que l’enfant vive des peurs de toutes sortes : la peur du noir, des araignées,
des monstres, des loups… Dans le développement normal de l’enfant, des peurs
apparaitront et, de façon générale, ces peurs s’estomperont avec le temps. L’intervention
de l’adulte peut également jouer un rôle important. Selon la littérature, pour 15 % des
enfants, les peurs exprimées normalement dans le développement pourront devenir
problématiques.
Définissons ensemble l’anxiété
L’anxiété est une réponse normale à la perception d’un danger. Elle se manifeste par une
sensation diffuse de malaise, de détresse, d’impression de danger et par un sentiment de
peur souvent assez intense. Chez l’enfant, l’anxiété est inhérente à certaines étapes du
développement. Les peurs traversent le développement de l’enfant : peur des étrangers à
6-18 mois, peur des monstres, angoisse de séparation à 2-3 ans, peur du noir ou de dormir
seul vers 3-6 ans. L’anxiété devient problématique lorsqu’elle entrave le développement
de l’enfant et qu’elle atteint de façon significative son fonctionnement général. L’enfant
tentera alors par tous les moyens d’éviter la situation anxiogène dans son quotidien.
Les différentes causes
Il est parfois difficile de mettre le doigt sur la cause exacte de l’anxiété. Par contre, un
éventail de causes peut être mis à l’avant-plan.
• Les causes biologiques. On a découvert que certains enfants ont un système
nerveux plus réactif, cela pourrait provoquer un degré de réaction plus intense.
• Les évènements. Certains évènements survenus dans la vie des enfants peuvent
agir à titre d’éléments déclencheurs d’un trouble d’anxiété.
• Le « modeling » du parent. Les parents peuvent eux-mêmes éprouver des troubles
d’anxiété. L’enfant observe son parent et sa façon de faire face à une situation.
Comme il apprend beaucoup par « modeling », il aura tendance à reproduire ce
qu’il observe.
• Les interventions indirectes des parents. Parfois, les parents peuvent, de manière
involontaire, maintenir ou réconforter l’enfant dans son anxiété. Une trop grande
« surprotection » de la part des parents peut rendre l’anxiété difficile à gérer chez
l’enfant.
Les différentes manifestations
Différentes manifestations peuvent être observées chez l’enfant. Il est parfois difficile de
savoir la différence entre des manifestations normales dans le développement et un
trouble réel. Une partie de réponse se trouve dans la persistance de la manifestation et
l’intensité de celle-ci, même après plusieurs interventions de l’adulte. Entre autres, nous
retrouvons :
• Peur d’être éloigné de son parent
• Mutisme sélectif
• Phobie spécifique (peur d’un objet, d’une situation)
• Inquiétude excessive
• Troubles du sommeil et cauchemars
• Manifestations d’émotions démesurées dans diverses situations
• Symptômes physiques comme des crampes au ventre, des maux de coeur, des
vomissements, des maux de tête lorsqu’il est confronté à une situation
• etc.
Comment intervenir face à un enfant qui présente différentes manifestations
d’anxiété?
• Faire preuve de patience. Les interventions auprès de l’enfant nécessitent de la
patience et de la douceur. Vous pourrez voir les résultats après plusieurs
interventions.
• Utiliser le jeu pour comprendre ce que l’enfant vit et désamorcer certaines
situations. Les livres d’histoire, les jeux de rôle, les marionnettes, etc. sont tous de
bons médiums pour faire verbaliser l’enfant.
• Mettre des mots sur ses émotions. Educatout a préparé de beaux pictogrammes
d’émotions. Les imprimer et les laisser à la disposition de l’enfant. Faire des jeux
en lien avec les émotions pour qu’il apprenne à reconnaitre ses émotions ainsi que
les gérer.
• Accompagner l’enfant dans les situations. Être rassurante avec lui.
• Le féliciter quand il réussit à surmonter ses peurs.
Dans de telles situations, la technique des petits pas est de mise. N’oubliez pas, l’enfant
est parfois submergé par des peurs d’adulte, mais il n’a pas la capacité cognitive d’un
adulte pour y faire face. Il a alors besoin de votre aide de façon calme et constante.