Les impacts qu’ont mon stress et mon anxiété sur les enfants.

Dans les premiers articles parus dans la Boite à trucs sur l’anxiété, nous avons abordé la

question de l’anxiété chez les enfants et les différentes stratégies à mettre en place.

Abordons maintenant l’anxiété et le stress sous l’angle des adultes, c’est-à-dire le stress et

l’anxiété des parents et des éducatrices qui interviennent auprès des enfants. Si j’avais à

vous amener à réfléchir un peu, que répondriez-vous à ceci : Quels éléments dans votre

vie personnelle et professionnelle vous causent du stress? Votre stress personnel a-t-il un

lien avec le stress ou l’anxiété des enfants? Je vous amène à y réfléchir, puisque l’anxiété

et le stress que vous vivez ont des impacts importants chez les enfants. Même si vous

faites tout votre possible pour les cacher, les enfants ont des antennes qui viendront

capter toutes vos petites zones de stress.

Un adulte stressé ou anxieux sera plus enclin à avoir des réactions vives, à être plus

irritable et donc à être moins patient avec les enfants. C’est souvent à ce moment que l’on

voit apparaitre des interventions douteuses, inconstantes ou démesurées face aux

comportements des enfants. Le stress ou l’anxiété que vous vivez aura certainement des

impacts sur les enfants. Ceux-ci peuvent devenir anxieux et plus réactifs à leur tour. Une

non-compréhension de ce qui se passe provoquera aussi des réactions d’insécurité. Des

pleurs, des cris et de l’irritabilité pourraient aussi être observés chez les enfants, sans

oublier une augmentation prévisible des comportements négatifs ou de recherche

d’attention. On pourrait établir une liste bien plus longue des impacts que le stress et

l’anxiété ont sur les enfants. Je crois que vous avez saisi l’essentiel : puisque des impacts

importants se font observer, il est primordial de rétablir l’équilibre.

Il est maintenant temps de se dire STOP et RELAXE pour ensuite mettre en place

quelques moyens concrets afin de diminuer le stress et l’anxiété.

Apprendre à respirer. Trois grandes respirations profondes peuvent suffire pour

faire diminuer la pression ressentie.

Entreprendre une chose à la fois. Éviter de vouloir tout gérer en même temps.

Quand vous faites quelque chose, vous y consacrer pleinement.

Travailler votre discours intérieur. Les pensées ont un impact important sur

l’anxiété vécue. Un discours positif aura donc un impact positif sur vous.

Vous avez du pouvoir sur votre respiration, le moment présent et vos pensées.

Voilà trois mots-clés importants.

Vous permettre des pauses, des moments seule avec vous-même.

En travaillant sur vos propres manifestations, vous aurez un impact direct sur les enfants.

Vous verrez probablement une amélioration de votre quotidien avec eux quand vous

aurez repris le contrôle de vos pensées et de votre corps. Si vous sentez que vous avez

totalement perdu le contrôle, je vous conseille d’aller chercher de l’aide extérieure. Un

regard neutre sur votre situation vous aidera certainement à y voir plus clair. Faites-le

pour les enfants, mais avant tout, pour vous…